Page d'accueil Puglia Imperiale Tourisme italianoenglishdeutschfrançaisespañol češtinadanskελληνικάeesti keelsuomimagyarlietuviu kalbalatviešu valodamaltinederlandspolskiportuguêsslovenčinaslovenščinasvenskaromânăбългарски 日本語 (japanese)русский язык简体中文 (chinese)
Page d'accueil Puglia Imperiale Tourisme Page d'accueil  qui sommes-nous ?  magazine   contacts  presse  liens  stl   
  flux rss et gadget  plan du site  recherche   
Taille de la policePolice standardPetitMoyen
Ajouter à my.pugliaimperiale.com AJOUTER À MY.PUGLIAIMPERIALE.COM
A faire Organisez votre voyage multimédia
L'histoire
Le territoire
Les villes
Trésors d'art et d'histoire
Itinéraires
Sur les traces de Frédéric II de Souabe
A la découverte du peuple mystérieux des Hypogées
Itinéraire du goût sur les routes du vin et de l’huile
La terre des grandes Batailles : Hannibal et la Rome impériale
Trésors venus de la mer et archéologie sous-marine dans les Pouilles impériales
L’archéologie préhistorique du paysage
Mer, marais salants et zones humides
Les Murge
Dans la vallee d'Ofanto: le train de l'archeologie
 
   
Vous êtes ici: Accueil > Où aller > Itinéraires > Trésors venus de la mer et archéologie sous-marine dans les Pouilles impériales
Version imprimableVersion imprimable Trésors venus de la  mer et archéologie sous-marine dans les Pouilles impériales
Envoyer par EmailEnvoyer par Email
Itinéraire archéologique Itinéraire archéologique
Trésors venus de la mer et archéologie sous-marine dans les Pouilles impériales
Au sud du Gargano, là où la plaine du Tavoliere rejoint l’Adriatique, se trouvait à l’origine une vaste lagune côtière : le lac Salpi (aujourd’hui Margherita di Savoia). Ce territoire fut habité dès la période néolithique, avec la fondation de la cité de Salapia, dont on peut encore admirer quelques pans des remparts et des fragments d’objets. Il fut par la suite successivement habité par les Grecs et les Romains. On y a retrouvé de nombreux objets de fouille provenant des cabanes typiques de l’Age du Fer qui caractérisaient les habitats humains de l’époque. Ces objets sont conservés dans les musées de Trinitapoli et de San Ferdinando. De sa prospérité passée, la cité de Salapia ne conserve aujourd’hui que des ruines enfouies et un quai construit avec de grandes plaques de pierre remontant au VIIIe siècle aC. Il ne faut absolument pas rater la visite de la Villa San Vito, l’un des plus beaux sites de la région d’un point de vue archéologique et paysager.
La vallée de l’Ofanto nous amène tout droit à Trinitapoli où se trouve, comme à Margherita di Savoia, une réserve naturelle protégée. Il est possible d’y observer des hérons, des rapaces de marécage et des cygnes royaux. Cet environnement naturel sévère, avec son paysage quasi lunaire, est adouci par la beauté flamboyante des flamands roses qui nidifient en grand nombre sur les berges.
Et c’est toujours la mer qui continue à nous restituer d’incomparables trésors. Si l’on descend le long de la côte vers le sud, tout prés de Torre Pietra, dans les eaux face à l’antique Salapia, rebaptisée la Venise des Dauniens, il est possible d’admirer l’épave d’un navire romain, couché sur sa quille, avec son chargement d’amphores, en excellent état de conservation, ainsi qu’une statuette en bronze du Dieu Neptune.
Ces découvertes en particulier, et d’autres encore, comme les stèles funéraires de la Daunia, témoignent du long voyage à travers la Méditerranée des marins mycéniens jusque dans l’Adriatique, peut-être pour acquérir de l’ambre et des métaux en Europe, qui se sont ensuite installés sur les côtes.
Si l’on descend le long de la route côtière, parallèle à la voie Trajane de l’Antiquité, on arrive à Barletta. Nombreux sont les témoignages qui mettent en relation son histoire avec la mer, mais le plus intense et le plus mystérieux est sûrement l’arrivée dans les eaux de l’Adriatique du Colosse de Barletta, une statue de bronze haute de presque 5 mètres, représentant un empereur, en soldat romain, qui se dresse devant l’Eglise du Saint-Sépulcre. Signalons également les châpiteaux du ciboire de la cathédrale, sculptés par des artistes provenant de Jérusalem, qui témoignent des liens étroits de la ville avec les terres d’outre-mer à l’époque des croisades. 
La vue depuis la mer des terres des Pouilles impériales est vraiment unique.
Comment ne pas rester bouche bée devant le spectacle qu’offre Trani, l’une des 100 villes d’art d’Italie ? Située au centre de la côte des Pouilles, la ville a connu des périodes de grande splendeur au XIIe et au XIIIe siècles, de par l’intensité de ses trafics avec le Moyen-Orient et pour avoir vu partir de son port des milliers de croisés.
Sa Cathédrale romane se dresse, majestueuse, directement face à la mer. Elle a été construite sur les ruines de l’église paléochrétienne de Santa Maria qui conserve une magnifique mosaïque remontant à l’époque sabinienne (VIe siècle)
C’est encore de par la volonté de l’évêque Sabino que furent construites deux autres imposantes basiliques, à Canosa et à Barletta : S. Andrea à Barletta et San Leucio à Canosa, qui conservent intactes leurs mosaïques polychromes de bonne facture. Le “paon” derrière l’autel de l’église de Canosa est particulièrement remarquable. 
 

 
  TEMPS CONSEILLÉ:  
  3 Jours  
  NIVEAU DE DIFFICULTÉ:  
  FacileFacileFacileFacileFacile  
A visiter au cours de cet itinéraire:
Cathédrale  Trani
Basilique du Saint Sépulcre Barletta
Colosse appele Eraclio Barletta
Musée Municipal Trinitapoli
Musee Municipal S. Ferdinando di Puglia
Les villes à voir:
Barletta
Canosa di Puglia
Margherita di Savoia
S. Ferdinando di Puglia
Trani
Trinitapoli
   
 
Agenzia per l'Occupazione e lo Sviluppo dell'area Nord Barese Ofantina - s.c.a r.l.
Partita Iva 05215080721
Puglia Imperiale – Sede: Corso Cavour, 23 - Corato (BA) Italy
Tel. 080.4031933 - Fax 080.4032430
Union européenne Ministero dell'Economia e delle Finanze Agenzia per l'Occupazione e lo sviluppo dell'area Nord Barese / Ofantina Regione Puglia Ente Nazionale Italiano per il Turismo Page d'accueil
 
Crédits
Conditions d'utilisation
Privacy Policy